Τρίτη, Μαΐου 01, 2007

Στη φίλη
Ηélène

Δεν ξέρω άλλη γλώσσα.
Έτσι, σεβαστικά θα μιλώ
du chêne du Liban


أدونيس


“J'ai demandé à l'aube :
est-elle réveillée ?
Sur chaque branche toN visage m'est apparu
autour de la maison...”


Comment transformer la vie en poésie? Voilà la question.
.



“… S'il existe une issue à cet état de décomposition,
seule nous y conduira une pensée neuve
de l'homme et de la culture...”



Βαδίζω

διαβάζοντας τον Ποιητή
με μεγάλη στοργή,
μα κυρίως με προσοχή…


Τραγουδώντας τους ανέμους!


-Comment pourrais-tu décrire ta relation à la langue ? C’est ton outil de travail, ton identité, ton corps, ton âme ?
-Je ne me vois en aucune autre langue. Cette langue m’ habite, à un point qu’elle est jalouse de toute autre langue.


أدونيس


le chant d'aimer et de souffrir

l’ouverture au monde et la recherche de soi :
« je
marche
vers
moi
et vers tout ce qui vient »
.
.


La solitude est un jardin
Mais avec un seul arbre
Du temps de l’enfance
Ici, sur ce chemin
Nous avons marché,
Mon ami le poète et moi.
Quelle surprise, ses pas s’ont volé encore
Avec la poussière.
Mon amitié avec narcisse
Mais mon amour est pour d’autres fleurs
Que je ne les nomme pas.
Déshydraté
Et l’eau qui peut arrêter ma soif
Je ne le trouve pas
Etre sans secret
Est un secret aussi.
Sois une absence
Pour que tu restes une question.
J’aime la pluie
Lui, aime la lividité de la terre.
Si tu ne travailles
Que pour réaliser les choses que tu veux
Tu ne travailles que moindrement
Je préfère la trahison de la parole à la parole
À la fidélité de la pierre à la pierre
Après l’élévation, c’est le déclin ?
Je ne crois pas cela
Le haut guide toujours vers le plus haut
Ce que tu dis à toi-même
Tu le dis à l’autre
Même si tu ne le vises pas
Je ne sais de ce que je sais
Que mon ignorance
De ce que je ne sais pas encore

Και αλλού:

“…l’ extase est un lit
porté par les gazelles du désir…”

εν όσο ο Ελύτης έγραφε:



«…δεν ωφελούν πιά
οι μυώνες
θέλει αγάπη θηριώδη
θέλει πήδημα τίγρισσας μες στις ιδέες»



C'est l'heure de l'insomnie

“comment reconnaitre aujourd’ hui
l’ insecte de la rose?…”



-l’ insecte de la rose-


Un livre lumineux

Je pose une rose à ma droite, et un ordinateur à ma gauche ;
Je pose entre les deux une valise remplie d'objets que j'affectionne ;
Et, me fiant aux promesses des sciences de l'espace,
je m'imagine effectuant l'ascension
Vers une lointaine planète.
Puis je me pose la question :
"Quel livre sera ton compagnon de route dans ce voyage ?
" Et ma réponse vient sans hésitation : "Le livre que voici."
………………………………………………..................

Je fais de ce livre mon compagnon de route
pour une tout autre raison ;
C'est qu'il sera, pendant et après le voyage,
Parmi les premiers livres qui obséderont ma conscience de l'urgence
De réaliser une connaissance de l'homme et de l'Être
plus profonde et plus intégrale,
De poser de nouvelles questions cognitives
Et, afin d'être initié à cette nouvelle connaissance,
d'exercer une nouvelle approche
Du monde et de ses phénomènes, de l'homme et de ses problèmes.
Ce livre sera donc parmi les premiers livres
qui éclaireront le long chemin,
Frayé par l'évolution humaine,
Qui nous mène vers d'innombrables inconnus dans cet Univers infini.
Ainsi, il me permettra une meilleure lecture de notre Planète
Qui transcendera, tout en les évaluant et les assimilant,
toutes les lectures précédentes
Et permettra à cette lecture d'être à la fois horizontale et verticale
— d'autant qu'il est Écrit du point de vue d'un scientifique,
doublé de l'intuition d'un poète.
On dirait une rivière
Dont la surface est la science et le fond la poésie ;
ou plus exactement :
une rivière dont le lit
Serait la poésie et les flots la science
…………………………………………………………………


أدونيس


όλη η γνώση στα πόδια των φτωχών!
Στα πόδια μας…
τι δίκιο έχεις συγγραφέα,
σα μιλάς για την επανάσταση
του internet!

3 σχόλια:

sinnefo rain είπε...

Καλό μήνα και σε σένα!

abttha είπε...

άδωνης...
τι σου είναι κι αυτός!...

το πιστεύεις; δε διάβασα παρά μέσες άκρες τις επιλογές σου, μόνο και μόνο για το συναίσθημα που μου βγάζει αυτός ο άνθρωπος, σα να πρέπει να κάθομαι γονατιστή να τον ακούω, κι η ζωή μου αυτό τον καιρό είναι σα βιομηχανική αλυσίδα, τι γονατιστή, ούτε καθιστή δε μ'αφήνει...

σ'ευχαριστώ, φίλη!

quartier libre είπε...

ευτυχισμένη πρέπει να είναι η γυναίκα
που την αγάπησαν τόσο
και που την θέλησαν τόσο...
τι άλλο να πω;
τι άλλο να πω;
είδα φωτό στο γούγλη.
την πρωτομαγιά που έμεινα μέσα έψαξα ό, τι σχετικό υπάρχει. διάβασα.
εξαιρετικά!
bravo, ma belle!